Une mise à jour qui tarde à venir

Par le passé, M. K était sur la liste de restriction des contacts de la CSPAAT. Il ne pouvait ainsi pas contacter son gestionnaire de
cas par téléphone. Il s’en est plaint auprès de la Commission, qui a demandé à la CSPAAT d’examiner la restriction. La CSPAAT a levé
la restriction et a envoyé une lettre à M. K en mai pour lui dire qu’il pouvait désormais téléphoner à son gestionnaire de cas. Lorsqu’il a
téléphoné quelques mois plus tard, un préposé aux renseignements téléphoniques lui a indiqué qu’il était sur la liste de restriction des
contacts.

Frustré de ne pas être en mesure de parler à son gestionnaire de cas, il a à nouveau appelé la Commission. Cette dernière a contacté
le directeur des Services de sécurité de la CSPAAT. Le directeur a découvert que, bien que la CSPAAT ait levé la restriction et écrit à
M. K, le système électronique de gestion des cas montrait encore la restriction. Le directeur a mis à jour le dossier électronique.
M. K a téléphoné à son gestionnaire de cas.