Un directeur comble un manque d’information

La Commission peut parfois aider à démêler des enjeux interreliés afin de faciliter la résolution du principal problème.

Un travailleur s’est plaint à la Commission que la CSPAAT ignorait les conseils de son fournisseur de traitement et ne retournait pas ses appels. Le travailleur a avisé la Commission que son état médical ne s’améliorait pas et qu’il avait maintenant des problèmes psychologiques.

La Commission a contacté le directeur du secteur. Après examen du dossier, celui-ci a admis qu’il semblait y avoir des lacunes dans l’information nécessaire pour déterminer la meilleure marche à suivre dans ce cas. Il s’est arrangé pour que le médecin-conseil parle avec le médecin de famille du travailleur. À l’issue de cette discussion, le programme de retour au travail qui était prévu a été annulé et la physiothérapie du travailleur a été rétablie pour une période de six à douze semaines, suivie d’une évaluation par son médecin de famille. Un traitement psychologique supplémentaire a été autorisé et son psychologue traitant a été invité à soumettre un rapport qui permettrait de déterminer si son état était lié à son accident du travail. Le directeur a également décidé de transférer le dossier à une autre équipe d’indemnisation. Il a appelé lui-même le travailleur pour l’informer de ces changements.