Un aiguillage mène à une résolution

Un plan de transition professionnelle a été suspendu alors que M. D se faisait traiter pour un trouble médical non indemnisable. Le gestionnaire de cas a indiqué à M. D que ses prestations seraient réduites s’il ne pouvait reprendre le plan de transition professionnelle dans les délais prescrits. Deux jours plus tard, le gestionnaire de cas a déclaré à son représentant que le plan de transition professionnelle n’était plus offert et que l’immobilisation au 72e mois aurait lieu. Un spécialiste qui venait d’évaluer M. M a conclu qu’il était en état de reprendre le plan de transition professionnelle dans deux semaines. Toutefois, selon le gestionnaire de cas, la décision de ne plus offrir le plan et d’immobiliser les prestations à un taux réduit était irrévocable.

Le représentant a contacté la Commission, qui a suggéré qu’il appelle le gestionnaire de cas. Après avoir parlé au représentant, ce dernier a accepté de reconsidérer la décision. Il a rajusté les prestations de M. D jusqu’à ce que celui-ci soit en état de reprendre le plan de transition professionnelle et a reporté l’immobilisation au 72e mois.