Effet non prévue d’un changement de processus

Quand la CSPAAT change ses processus, cela peut avoir des conséquences imprévues pour les travailleurs blessés.

Un travailleur à qui son médecin avait prescrit des médicaments opiacés depuis un certain temps s’est senti injustement traité quand la CSPAAT a introduit une nouvelle pratique exigeant que les opiacés soient prescrits par un seul médecin. Dans la localité du travailleur, les seuls soins médicaux étaient dispensés par la clinique de médecine familiale de l’hôpital. La clinique avait tous les dossiers, mais les patients étaient vus par n’importe quel médecin qui était de service. La CSPAAT maintenait que les médicaments du travailleur ne pouvaient être payés que s’ils étaient prescrits par un seul médecin. De son côté, la clinique maintenait que le travailleur ne pouvait pas être assigné à un seul médecin.

Le travailleur s’est adressé à la Commission et la CSPAAT a entrepris de résoudre le problème. Cependant, un mois plus tard, le travailleur a rappelé la Commission, ayant reçu une lettre de l’infirmière conseil de la CSPAAT l’informant que ses médicaments opiacés devaient être prescrits par un unique médecin. La Commission a contacté le chef de service de la CSPAAT, lequel a renvoyé le dossier à un médecin conseil, lui demandant de confirmer que les médicaments constituaient un « traitement raisonnable », approprié à l’état du travailleur. En fin de compte, il a été décidé de faire exception à la nouvelle règle pour ce travailleur.