De nombreux agents d’indemnisation

Un travailleur ne croyait pas que son programme de réintégration dans le marché du travail (PRMT) lui convînt. Il s’est plaint que rien n’avait été fait à ce sujet, parce que son dossier avait été confié à un trop grand nombre d’agents d’indemnisation. Au cours d’une période de 10 mois, il avait déclaré à six agents d’indemnisation et à ses deux fournisseurs de services du PRMT que ses problèmes physiques et psychologiques allaient en s’aggravant. Il croyait que rien n’était fait pour tenir compte de ses restrictions et que sa dépression s’intensifiait au point qu’il était réduit au désespoir. Il ne pouvait aller à l’école qu’une heure et demie chaque jour et craignait de perdre son indemnité de perte de revenus.

La Commission a appris que le dossier du travailleur venait tout juste d’être confié à un autre agent d’indemnisation, dans un nouveau bureau de district. Les chefs de service de l’ancien et du nouveau bureaux de district ont été d’accord avec la Commission que le responsable des soins infirmiers de l’ancien bureau connaissait le mieux la situation du travailleur et que le dossier devrait être de nouveau remis à un agent d’indemnisation de ce bureau qui avait de l’expérience.

Le chef de service concerné a communiqué avec le travailleur pour écouter ses préoccupations et lui expliquer les étapes suivantes. La CSPAAT a tout de suite orienté le travailleur vers des services médicaux et lui a dit de cesser son PRMT jusqu’à ce que les résultats de son traitement soient examinés.